Bioshock Infinite, la Critique.

Le tour de passe-passe réussi du 1er Bioshock, c'était Rapture. Sans elle, que devient la licence aux ambitions démesurées ? La question se pose...

Voici une nouvelle tentative formelle de parler de jeux vidéo. C'est peut-être assez sale sur certains plans mais ce sera corrigé par la suite. J'attend vos retours sur le format.

Je vous invite à lire ces articles, très bons, sur Bioshock :

- La dissonance ludo-narrative du 1er Bioshock (traduit) : http://www.gamekult.com/blog/mawashigeri/204965/bioshock-la-dissonance-ludo-narrative.html

- L'article, inspirant, de MerlanFrit sur l'écriture maladroite de Bioshock Infinite : http://merlanfrit.net/Metropolis-en-bouillie

Voilà, voilà.

Twitter: http://www.Twitter.com/Ixost
Facebook: https://www.facebook.com/pages/Ixost/207450175975533?ref=hl

Commentaires