L'univers va-t-il disparaitre un jour ?

Jusqu’au début du XXème siècle, la communauté scientifique internationale s’imaginait l’univers comme éternel...

---------------
LA MINUTE SCIENCE !
---------------
Tipeee (financement participatif): http://goo.gl/qMnPg5
Youtube : http://goo.gl/ryrBBO
Site officiel : http://goo.gl/UhCTHNt
Facebook : http://goo.gl/EPFl4t
Twitter : http://goo.gl/SmHjZa

---------------
SCRIPT
---------------
Jusqu’au début du XXème siècle, la communauté scientifique internationale s’imaginait l’univers comme éternel, c’est-à-dire sans commencement ni fin.

Mais un beau jour de Juin 1922, voilà qu’un talentueux physicien russe, Alexandre Friedmann, publie un article révolutionnaire présentant l’univers comme un tout en expansion impliquant une singularité initiale. Cet évènement fait l’effet d’une bombe dans la communauté scientifique de l’époque.

5 ans plus tard, le chanoine belge Georges Lemaître propose sa théorie de l’atome primitif - aujourd’hui connue sous le nom de théorie du Big Bang –pour décrire la naissance et l’évolution de l’univers.

Le cosmos a donc bien connu un commencement mais connaitra-t-il pour autant une fin ?

La première véritable théorie sur la question ne tarde pas à voir le jour sous le nom de Big Crunch. Selon cette hypothèse, l’expansion de l’univers finirait par être stopper par la gravitation, force qui engagerait ensuite le cosmos dans une phase de contraction qui le renverrait à termes à son état initial de singularité.

Ce scénario finit néanmoins par être mis à mal en 1998 quand de nouvelles mesures révèlent que l’expansion cosmique, loin de ralentir, ne cesse de s’accélérer sous l’impulsion d’une mystérieuse force que les scientifiques finiront par baptiser énergie noire.

Il semblerait donc que l’univers soit destiné à croitre encore et toujours.

En 1999, Robert R Caldwell émet alors une nouvelle hypothèse, le Big Rip, qui verrait l’univers explosé sous l’effet de son énorme densité comme un ballon de baudruche trop gonflé.

Mais il se pourrait aussi que le cosmos finisse tout simplement par épuiser toute son énergie thermodynamique. Si cela devait se produire, les étoiles s’éteindraient les unes après les autres, les trous noirs s’évaporeraient et l’univers finirait par se figer pour toujours, inerte.

La vérité, c’est que, malgré les efforts des astrophysiciens pour percer les secrets du destin l’univers, une seule chose est à ce jour clairement établie : plus les scientifiques avancent et plus le mystère semble s’épaissir…

Commentaires