Le paradoxe de Fermi - où sont les extraterrestres ?

L’univers observable compterait entre 10^22 et 10^24 étoiles.
Bien que les études scientifiques divergent grandement sur la question, on peut raisonnablement penser qu’au moins 1% d’entre elles abrite une planète habitable similaire à la Terre...

---------------
LA MINUTE SCIENCE !
---------------
Tipeee (financement participatif): http://goo.gl/qMnPg5
Youtube : http://goo.gl/ryrBBO
Facebook : http://goo.gl/EPFl4t
Twitter : http://goo.gl/SmHjZa
Site officiel : http://goo.gl/UhCTHNt
Collectif "La vidéothèque d'Alexandrie" : http://goo.gl/I2eh0w

---------------
SCRIPT
---------------
L’univers observable compterait entre 10^22 et 10^24 étoiles.

Bien que les études scientifiques divergent grandement sur la question, on peut raisonnablement penser qu’au moins 1% d’entre elles abrite une planète habitable similaire à la Terre. Il y aurait donc, dans l’immensité du cosmos, 100 milliards de milliards de mondes extraterrestres, réunissant les conditions nécessaires à l’apparition de la vie.

En utilisant ces données dans le cadre de l’équation de Drake, certains scientifiques estiment que le nombre de civilisations intelligentes peuplant notre galaxie s’élèverait à 100 000.
Pourtant, lorsque nous nous tournons vers l’espace, force est de constater que nos voisins galactiques sont apparemment tous aux abonnés absents. Cette étrange contradiction, entre prévision et observation, est soulignée pour la première fois par le physicien italien Enrico Fermi, en 1950.

Pour expliquer ce paradoxe de Fermi, deux grands courants de pensée coexistent. D’un côté on trouve les scientifiques peu convaincus par l’existence des petits hommes verts ; et de l’autre, ceux qui pensent qu’au contraire ils sont partout.

Les premiers justifient leur position en formulant l’hypothèse d’un Grand Filtre, qui rendrait très improbable l’évolution de la vie au-delà d’un certain point. On peut par exemple imaginer que le passage de la vie primitive à la vie intelligente est extrêmement rare, ou que les civilisations technologiques finissent systématiquement par s’autodétruire avant de coloniser leur galaxie. Qu’il soit devant ou derrière nous, ce Grand Filtre pourrait expliquer pourquoi nous ne parvenons pas à entrer en contact avec qui que ce soit.

Les scientifiques croyant à l’existence de civilisations extraterrestres intelligentes, proposent eux aussi un certain nombre de théories pour expliquer le paradoxe de Fermi.
Tout d’abord, ils font un constat : l’Homme ne cherche pas depuis très longtemps et n’est pas allé chercher bien loin. Autrement dit, peut-être avons-nous besoin de plus de temps pour nouer nos premières relations interstellaires. Bien entendu, cela implique des méthodes de recherche adaptées et une technologie suffisamment avancée pour obtenir des résultats : deux conditions qui ne sont d’ailleurs peut-être même pas réunies aujourd’hui.

De plus, un autre problème se pose et celui-ci est d’ordre temporel. En effet, si rechercher au bon endroit est crucial, il faut aussi le faire au bon moment. Ainsi, des extraterrestres qui auraient observé notre système solaire il y a quelques centaines de milliers d’années, n’y auraient identifié aucune trace d’intelligence supérieure.

Au-delà des considérations d’espace et de temps, le bon vouloir des extraterrestres est également un facteur déterminant. En effet, une autre civilisation avancée pourrait avoir fait le choix de cacher son existence par prudence, malveillance ou encore désintérêt.

Vous l’aurez compris, même si les spéculations vont bon train, le paradoxe de Fermi reste à ce jour auréolé d’un épais mystère. En attendant, les petits hommes verts continuent de faire galoper notre imagination et assurément, personne ne va s’en plaindre.

---------------
ALLER PLUS LOIN
---------------
Sources (en bas de page) : http://www.boite-aux-curiosites.com/le-paradoxe-de-fermi-ou-sont-les-extraterrestres/

---------------
MUSIQUE
---------------
Youtube Audio Library

Commentaires