Alcool & pertes de mémoire - La science du blackout

Une consommation excessive d’alcool peut parfois réserver de mauvaises surprises - comme par exemple se réveiller au milieu de nulle part, avec une dent en moins et en se demandant comment on a bien pu en arriver là...

---------------
LA MINUTE SCIENCE !
---------------
Tipeee (financement participatif): http://goo.gl/qMnPg5
Youtube : http://goo.gl/ryrBBO
Facebook : http://goo.gl/EPFl4t
Twitter : http://goo.gl/SmHjZa
Site officiel : http://goo.gl/UhCTHNt
Collectif "La vidéothèque d'Alexandrie" : http://goo.gl/I2eh0w

---------------
SCRIPT
---------------
Une consommation excessive d’alcool peut parfois réserver de mauvaises surprises - comme par exemple se réveiller au milieu de nulle part, avec une dent en moins et en se demandant comment on a bien pu en arriver là. Les afficionados du binge drinking le savent, il existe deux types de soirées : celles dont on se souvient et les autres.

Mais comment se fait-il que s’enivrer de trop puisse conduire à une perte de mémoire ? Ce type de blackout peut s’expliquer par les effets de l’éthanol sur l’hippocampe, une partie du cerveau se situant dans le lobe temporal médian.

C’est là qu’un groupe de neurones bien particulier participe à la compilation de nos expériences et de nos émotions pour en faire des souvenirs : ce processus complexe s’appelle la potentialisation à long terme. Au sein de ce réseau neuronal de la mémoire, la communication synaptique est assurée par un neurotransmetteur appelé le glutamate.

Cette mécanique bien huilée a néanmoins un point faible : l’alcool. En quantité suffisante, il est en effet en mesure de parasiter le fonctionnement des récepteurs du glutamate. Partiellement inhibés, ces derniers vont alors entrainer la production de stéroïdes qui vont progressivement bloquer le processus de mémorisation. Si le taux d’éthanol dans le sang est suffisamment élevé, ce mécanisme va finir par rendre impossible la création de nouveaux souvenirs.

Complètement rincé, l’individu continuera à sociabiliser - avec plus ou moins de cohérence - mais son cerveau lui ne va plus rien mémoriser des évènements en cours.

Vous l’aurez compris, perdre la mémoire à la suite d’une méga cuite, c’est un peu comme suivre en direct un épisode de sa vie en oubliant d’appuyer sur la touche « enregistrement » pour pouvoir se le repasser plus tard.

---------------
POUR ALLER PLUS LOIN
---------------
Sources (en bas de page) : http://www.boite-aux-curiosites.com/alcool-pertes-de-memoire-la-science-du-blackout/

---------------
MUSIQUE
---------------
Kevin MacLeod - http://goo.gl/T7GGwK

Commentaires